mercredi 30 décembre 2015

Tours - Julie



Pour photographier Julie, je dois m'y reprendre à plusieurs fois — "Ben, il est bête tonton, ou quoi ?!"

vendredi 25 décembre 2015

Calès - Bord de l'Ouysse



La nuit qui précède, je franchis le pont de l'Ouysse sous une pleine lune dont la lumière transforme un instant ce paysage familier.

dimanche 13 décembre 2015

Pas de côté



"Predictions can be very difficult — especially about the future." (Niels BOHR)

samedi 5 décembre 2015

Nantes - F3C/PaS : Norman & Peter




Cliché en N&B : venu d'Afrique du Sud, un duo de cinéma d'auteur plein de vie et d'optimisme  le réalisateur Norman MAKEE et le producteur Peter PHORSKY.

vendredi 4 décembre 2015

Nantes - F3C/PaS : Sadaf, Bomila, Manuela & Karina







Quatre visages du WorkShop "Produire au Sud"  venus d'Iran, d'Inde, du Chili et du Costa-Rica : les réalisatrices Sadaf FOROUGHI, Bomila CHATTERJEE et Manuela MARTELLI, la productrice Karina AVELLAN-TROZ.

dimanche 29 novembre 2015

Nantes - F3C/PaS : Guillaume



Guillaume anime depuis plusieurs années l'atelier "Produire au Sud"(*) ; faire émerger les jeunes réalisateurs avec un accompagnement à la production d'oeuvres cinématographiques. Aujourd'hui, les six binômes terminaient leurs échanges alors que le festival des 3 Continents continue de battre son plein ; dans la cour du cinéma "Le Concorde", nous organisons une séance de portraits pour cette belle équipe ; Guillaume donne l'exemple !

(*) http://www.3continents.com/fr/produire-au-sud/

vendredi 27 novembre 2015

Nantes - Catherine



Cinq ans après avoir été -- pendant quelques mois -- bénévole au "Cinématographe", je croise Catherine rue des Carmélites ; par son engagement et son énergie, elle a longtemps contribué à faire vivre les films, les rencontres, les débats dans ce lieu unique.

vendredi 20 novembre 2015

Les Moutiers-en-Retz - Time & Tide



Attendre ; accepter  le temps ne compte pas : le passé est une construction ; le futur, une abstraction.

Nantes - David



Aujourd'hui, je déjeune avec mon ami David -- nous laissons la pluie frapper doucement les vitres à côté de nous.

jeudi 19 novembre 2015

Nantes - Tour de vis



Avec Pascal, une leçon express sur l'usinage d'éprouvettes métalliques.

samedi 14 novembre 2015

Nantes - Cordage



"Le trésor n'est pas caché : il est juste là, à nos pieds dévoilé."

vendredi 13 novembre 2015

Nantes - Pikto/Combi



Rue du château, c'est aussi Pikto : avec leurs créations made in Nantes, Céline & Sylvanie débordent d'une énergie communicative ; c'est bon d'être leur voisin ! 

jeudi 12 novembre 2015

Saint-André des Eaux - Tourbière



Ce matin, la terre et le ciel collent au corps.

mercredi 11 novembre 2015

mardi 10 novembre 2015

lundi 9 novembre 2015

La Chapelle-des-Marais - Arbres Solitaires



Frêles ou fiers gardiens des marais, arbres solitaires habitués à la lumière et à l'humidité des lieux.



samedi 7 novembre 2015

Saint-Lyphard - Marais



"Rien n'est précaire comme vivre ; rien comme être n'est passager ; c'est un peu fondre comme le givre. Et pour le vent être léger, j'arrive où je suis étranger." (Louis ARAGON)

mardi 3 novembre 2015

Nantes - Violoniste des rues



Dinu VANCEA ANDREI est une figure familière pour les nantais ; ses airs de jazz manouche laissent planer dans les rues des notes enjouées ou stridentes ; en septembre, il a été verbalisé pour "émission de bruit" diurne (*). Je prends le temps de discuter avec lui aujourd'hui en passant place Royale ; lui demande s'il veut bien prendre la pose pour un portrait rapide  il accepte volontiers et me demande deux tirages pour illustrer une potentielle pochette de CD ; chose promise, chose due le jour même !

(*) http://www.ouest-france.fr/verbalise-le-violoniste-des-rues-de-nantes-ferait-du-bruit-3724874

dimanche 1 novembre 2015

Oudon - Bord de Loire



Aujourd'hui, l'été est indien sur les bords de Loire  à Oudon comme ailleurs !

vendredi 30 octobre 2015

Nantes - Dernière Traversée



Dernier passage de Loire sur le Bac, célébré par une belle lumière d'automne  qu'un certain Turner apprécierait sans doute...

mercredi 7 octobre 2015

Thomas et les élastomères



Thomas croit ce qu’il voit : il y a quelque chose de complexe au pays des élastomères. Six mois durant, il y a réfléchit. Et écrit des lignes d’équations, des lignes de codes… et des lignes de mots dans son mémoire, avant de présenter aujourd’hui les résultats de ses recherches.

Isoler les vibrations des machines à bord d’un navire pour le confort des passagers en croisière ou pour la discrétion des sous-marins. Une course au silence à laquelle participent les architectes navals : pas question pour un constructeur de livrer un navire qui ne respecte pas les « normes de bruits et vibrations » !

Vous connaissez une solution pour réduire des vibrations ? Bien sûr, il suffit de poser les matériels bruyants sur des amortisseurs... Solution classique, largement utilisée dans différentes situations, et qui trouve parfois ses limites. Il n’existe pas toujours le bon produit pour isoler des matériels de grande taille, comme à bord de navires ! Et puis les amortisseurs vieillissent : constitués de matériaux « élastomères » (comme le caoutchouc), ils sont sensibles à l’environnement marin. Humidité, salinité, variations de température. Comme les pneus de nos voitures, ils s’abiment, se fissurent, perdent de leur élasticité… et de leur capacité à amortir !

Est-il possible de prévoir la vitesse d’usure ? Quand faudra-t-il les remplacer ? On peut attendre pour cela le prochain passage en carène des navires : une période pendant laquelle tous les équipements sont passés en revue – et changés si nécessaire. Une période d’indisponibilité du navire qui peut être longue ; donc coûteuse. Alors il vaut mieux savoir si possible à l’avance quel équipement changer…

Une solution pour gagner en efficacité et répondre à ces questions : essayer d’anticiper le vieillissement. Comment ? Avec un modèle mathématique ! La façon dont évoluent les caractéristiques des matériaux peut être représentée par des équations, parfois très complexes. Celles-ci permettent de décrire l’intégrité mécanique d’une pièce, comme un amortisseur en caoutchouc. Lorsque l’on a confiance dans le modèle, par exemple lorsque l’on sait par expérience qu’il représente avec la précision voulue les phénomènes physiques, on peut alors l’utiliser pour calculer diverses grandeurs, comme la probabilité d’apparition d’une fissure et la façon dont elle se propage. Des données précieuses aux ingénieurs pour comprendre : elle les aident à prédire l’état du composant après une longue période d’utilisation.

Est-ce si facile ? Pas tout le temps ! Le modèle de calcul est complexe ; il dépend de paramètres qu’il est parfois difficile de connaître avec précision. Et dans certains cas, la simulation sur ordinateur prend beaucoup de temps… trop de temps pour être utilisée comme le souhaitent les ingénieurs.

Thomas a contribué dans son stage de Master à améliorer une méthode numérique utilisée pour un calcul de vibration. Il est parti de travaux antérieurs, qui ont permis de proposer un modèle physique simple du caoutchouc. A partir de ce modèle, il a construit une représentation mathématique d’un amortisseur, en choisissant des hypothèses qu’il a validées en confrontant les résultats de son calcul avec les données issues d’un essai.

Six mois de travail auront été nécessaires… pour avancer d’un pas ! Grâce à Thomas, on sait maintenant que le modèle représentant un amortisseur est fiable pour l’utilisation recherchée. Les prochaines étapes ? Utiliser le modèle dans un calcul plus global : à l’échelle d’un navire, où les principaux amortisseurs seront représentées. Il est probable que ce calcul soit gourmand en ressources informatiques… Mais c’est une autre histoire ! Thomas, lui s’en va vers de nouveaux horizons : fort de l’expérience acquise à l’occasion de ce stage de Master, il poursuit l’aventure en préparant une thèse de Doctorat en modélisation.
-->

dimanche 4 octobre 2015

samedi 3 octobre 2015

M et la photographie

(c) AL, 2015


J'aime la photographie ; j'ai eu la chance depuis mon plus jeune âge d'être sensibilisé à ce mode d'expression, sans m'en rendre compte vraiment : je n'ai pas eu le choix ! Je me souviens du laboratoire de mon père, improvisé dans une pièce sous les toits ; révélateur, fixateur : odeurs étranges... Agrandisseur : passer délicatement le négatif : mais pourquoi diable l'image est-elle à l'envers ?!

J'ai découvert plus tard — et continue de le découvrir, petit-à-petit — ce qui me plaisait dans cet art ; parce qu'il est plus qu'un art. La photographie invite à s'intéresser à de nombreux sujet ; intimement liée à l'histoire des hommes, témoin des mutations et des évènements marquants des XXème et XXIème siècles, la photographie convoque aussi d'autres arts visuels (cinéma, peinture, dessin avec qui elle dialogue de façon évidente), invite à la réflexion philosophique et au plaisir esthétique ; elle a ses grands hommes et ses petits contributeurs ; et j'aime avant tout son côté démocratique — certains s'en amusent ; je préfère y voir une invitation à la contemplation, offerte à tous ! Cette pensée me libère dans les moments où je n'ose pas appuyer sur le déclencheur...   

"Cela fait partie du travail du photographe de voir plus intensément que la plupart des gens. Il doit avoir et garder en lui quelque chose de la réceptivité de l'enfant qui regarde le monde pour la première fois ou du voyageur qui pénètre dans un pays étrange." (Bill BRANDT)

"La photographie" (Noir & Blanc), selon August SANDER, "dit la vérité" ;  au nom de ce postulat, le photographe allemand a proposé de magnifiques portraits des habitants de son pays ; et de ses portraits posés devant l'objectif (s'agissant de photographie, je suggèrerais de changer le mot qui désigne l'objet fait de lentilles par "subjectif" !) émanent une forme de vérité sur les personnalités : on devine dans leur regard et dans leur attitude qui les hommes sont. C'est le regard du photographe — et avant tout son intention — qui transmet cette vérité. 

"Un portrait n'est pas une ressemblance. Dès lors qu'une émotion ou qu'un fait est traduit en photo, il cesse d'être un fait pour devenir une opinion. L'inexactitude n'existe pas en photographie. Toutes les photos sont exactes. Aucune d'elles n'est la vérité." (Richard AVEDON)

Une photographie peut évidemment mentir ; dans la pratique de cet art d'image se trouve aussi un arrangement avec la réalité — à des fins esthétiques, politiques, économiques : le nier est à mon sens une malhonnêteté, le déplorer est une naïveté ! Les premières retouches des clichés se faisaient à même les plaques photographiques : lisser le visage d'une dame pour effacer quelques rides jugées peu gracieuses était une pratique ancêtre de la retouche numérique ; les moyens évoluent, les intentions subsistent.
 
Je me souviens de cette exposition consacrée aux controverses suscitées par certains des plus grands clichés (*) : que voit-on dans une image ? Quelle est la part de mise en scène ? Quel but sert-elle ? Ces questions traversent l'histoire de la photographie ; pour certains clichés, comme :
  • celui du soldat tombé sous les balles des armées franquiste pendant la guerre civile d'Espagne et dont Robert CAPA : une mise en scène de la mort ?
  • celui de la petite fille vietnamienne, courant nue sur une route désolée, hurlant parce que brûlée au napalm et photographiée par Nick UT : une esthétisation de la souffrance ?

J'ai eu la chance de pouvoir m'acheter le modèle M de chez Leica ; mon seul bijou, un rêve qui se concrétise : modèle mythique chez les amateurs de photographie ; souvenirs de lecture des aventures de Boro, reporter-photographe (**) : tout cela à la fois ! Equipé d'un 50 mm, il invite à la simplicité — et je retrouve le plaisir de faire des images, avec un appareil "haut de gamme", qui invite au respect des sujets photographiés. J'ai fait avec M mon premier portrait, photographié avec le coeur : j'en ferai, je l'espère, de nombreux autres pour honorer cette première émotion.





Dans une interview, le moine bouddhiste Matthieu RICARD dit que photographier est pour lui un passe-temps qui le repose de la méditation ; pour ma part, je la conçois à l'inverse : dans les bons jours, elle est une forme de méditation, d'attention à l'instant présent : une belle photo est réussie lorsque l'on a pensé à tout, sans y penser !


(*) Daniel GIRARDIN, Christian PIRKER — "Controverse, une histoire juridique et éthique de la photographie" (Actes Sud, 2008)
(**) Dan FRANCK, Jean VAUTRIN — "Les Aventures de Boro, reporter-photographe" (Fayard, 1987-2009)

jeudi 1 octobre 2015

Nantes - Saint-Pierre



Profitant d'une magnifique lumière de fin d'après-midi, je m'incline devant Saint-Pierre...

dimanche 27 septembre 2015

Blain - Les Médiévales



A Blain ce week-end, découvrir les compagnies de passionnés d'histoire et d'artisanat médiévaux  calme des gestes patients ou clameur des joutes, selon l'humeur...

samedi 26 septembre 2015

Saint-Omer de Blain - Midi au bord du canal



Il est midi : le bord du canal est suspendu à un léger filet de lumière.

vendredi 25 septembre 2015

Saint-Omer de Blain - S



Allitération (n.f.) - Effet sonore fondés sur la répétition de consonnes. Ce jeu phonétique cherche parfois à inspirer au lecteur une relation entre le sens du texte et l'effet d'insistance inscrit dans sa matière sonore. 

samedi 19 septembre 2015

Les Moutiers-en-Retz - Marais de Lyarne



Balade dans le marais de Lyarne ; entre ciel et terre. 

jeudi 17 septembre 2015

Alexia, virtuose du soudage



Deux diplômes dans la poche pour Alexia ! Au mois de mai, elle réussit avec succès le concours d’entrée au conservatoire. Après plus de quinze ans de pratique du violon… qu’elle a toujours pratiqué avec goût en parallèle de ses études, qui se concluent cette année en septembre avec un diplôme d’ingénieur de l’Ecole Centrale de Nantes. De la ténacité, du courage, il lui en fallu aussi pendant son stage de Master pour s’attaquer à un sujet difficile. Celui de la modélisation numérique du soudage.

En construction navale, le soudage est une opération clef. Une coque de frégate est constituée de panneaux métalliques sur lesquels sont soudés des raidisseurs qui garantissent sa résistance – aux conditions de mer difficile… comme à différents types d’agressions. Des dizaines de milliers d’heures de soudage sont nécessaires pour construire un navire. Ce procédé met en œuvre des techniques variées – et parfois les soudeurs travaillent dans des conditions extrêmes, par exemple dans des endroits du navire dont l’accès est difficile. Maîtriser les techniques de soudage se fait au prix d’une longue expérience… remise en cause à chaque construction.

Le métal est chauffé à l’endroit de la soudure, il se déforme : sur des grandes dimensions, cette déformation résiduelle, parfois inévitable, peut se voir à l’œil nu… Sous l’effet de la chaleur apportée au moment du soudage, le métal se transforme : la coque est sous tension – comme la peau qui cicatrise ! Les contraintes résiduelles doivent être les plus faibles possibles pour ne pas réduire la résistance de la coque.

Déformations ou contraintes résiduelles parfois trop importantes : ces non-qualités peuvent peser lourd sur le coût de production d’une série de navires !  Redresser les coques déformées ou parachever certaines zones de soudage demande beaucoup de temps : des dizaines de milliers d’heures de travail supplémentaires…

La simulation numérique du soudage contribue à prédire les contraintes et déformations résiduelles. Alexia a ainsi développé un modèle de calcul efficace pour calculer ces grandeurs lors du soudage de plusieurs raidisseurs sur une coque. Résistance mécanique, transformations métallurgiques, phénomènes thermiques : mettre au point un modèle de soudage demande de comprendre des phénomènes physiques complexes !

Avec un moral d’acier, Alexia s'est confrontée à des équations rétives, aux propriétés mathématiques qui rendent leur calcul sur ordinateur parfois impossible ! Elle a préféré contourner cette difficulté : plutôt que de les affronter directement, elle a proposé un modèle utilisant à la fois des données statistiques et des modèles physiques simples… et cela marche ! En quelques heures de calcul, son modèle permet de choisir un mode de soudage optimal, parmi de nombreuses stratégies possibles. Commencer par souder les plus gros raidisseurs, puis les plus petits ? Ou le contraire ? Ou encore alterner entre des tailles variées ? Le choix n’est pas sans conséquence sur les déformations résiduelles. Alexia le prouve, calcul en main… Reste à le vérifier sur le terrain : c’est tout l’objet des recherches des prochains mois. Si la méthode est validée et reçoit la confiance des équipes de soudage, ce sont plusieurs heures de labeur qui lui seront épargnées ! Et des coûts de production diminués d’autant.

Violon ou simulation ? Entre les deux, Alexia ne choisit pas : son expérience de stage l’a enchantée et elle poursuit par un Doctorat dans le même domaine, à l’étranger. Dans sa valise, elle emporte son instrument de musique !

lundi 14 septembre 2015

Les Moutiers-en-Retz - Plage



Septembre, en attendant ; une belle fin d'après-midi sur la plage des Moutiers-en-Retz.

samedi 12 septembre 2015

Reugny - Septembre



12 septembre, Saint Apollinaire ; dans une lettre à Lou, Guillaume écrit : "Toutes les grandes questions, toutes les grandes choses, vont à la théologie ou en viennent. Rien d’étonnant que notre amour, la plus grande chose que nous connaissions, ma chérie, aille vers Dieu."




jeudi 10 septembre 2015

Nantes - Hommes-livres



Je finirai peut-être ma vie comme je l'ai commencée : au milieu des livres  mais pas seul : à la manière du pompier Montag, lassé d'un monde où les écrans obèrent l'imaginaire, rejoindre ceux qui auront décidé de s'incarner dans les mots qu'ils trouvent les plus beaux...

mercredi 9 septembre 2015

Nantes - Graffiti



Il y avait longtemps que je n'avais arpenté l'île de Nantes -- et ses graffitis XL ! 

mardi 8 septembre 2015

Nantes - Marathon Men



Le pas des coureurs sur l'asphalte crisse doucement ; un souffle calme et cadencé, déterminé à avaler les kilomètres de marathons urbains, à se frayer un passage entre les habitants et les machines de la ville. 

lundi 7 septembre 2015

Nantes - Carrément à l'ouest !



Cet après-midi, je file à l'ouest  et en catimini !  profiter de la lumière d'automne ; l'asphalte diffuse sa chaleur dans mon corps ; un léger courant d'air courbe les herbes sauvages qui bordent le marais. Ici et maintenant.

vendredi 4 septembre 2015

Nantes - Rue Saint-Jean



Passage dans la rue Saint-Jean en fin d'apiès-midi ; un instant pour capter la belle lumière sur la façade de l'ancien couvent qu'elle longe -- et repenser à cet excellent article consacré au Pape François (*). 

(*) Jean-Michel DUMAY, Le Pape contre le "fumier du diable", Le Monde Diplomatique, Septembre 2015. http://www.monde-diplomatique.fr/2015/09/DUMAY/53677

jeudi 3 septembre 2015

Nantes - Tramway



Tramway (n.m.) - Chemin de fer électrique destiné au transport urbain et suburbain des voyageurs et implanté en totalité ou en partie sur la chaussée des rues empruntées.

mardi 18 août 2015

Nantes - Long-Ma



Sous la belle lumière du soir déclinant, j'assiste à la longue-marche de Long-Ma -- cheval-dragon, dernière création des Machines de l'Ile.

vendredi 7 août 2015

Bilbao - Musée Guggenheim



Avec "Matière du Temps", Richard SERRA propose des sculptures d'acier et coques métalliques dont les forment m'évoquent les entrailles d'un navire, les sinusoïdes d'un canyon ou l'intérieur d'une cloche ; selon l'artiste, une façon pour chacun d'expérimenter le temps au moyen de l'espace -- en se déplaçant dans chaque installation dont la forme impose son rythme.
http://www.guggenheim-bilbao.es/fr/oeuvres/la-matiere-du-temps/

jeudi 6 août 2015

Bilbao - San Juan de Gaztelugatxe



A San Juan de Gaztelugtxe, vous sonnerez la cloche pour faire fuir les mauvais esprits ; trois fois ou treize fois, c'est à vous de voir !

dimanche 2 août 2015

Saint-Omer de Blain - Fête du pain



A l'occasion de la fête du pain, quelques passionnés font joujou avec des bijoux mécaniques ; j'essaie de faire de même avec exposition à l'oeil sur film argentique !

jeudi 23 juillet 2015

Les Moutiers-en-Retz - Classique(s)



Aux Moutiers-en-Retz, argentique ou numérique, je retrouve mes classiques !